A la croisée des chemins

Forum privé de sauvegarde de jeux, sujets et fiche de personnage!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les persos de Ryoo !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryoo

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 04/03/2014

MessageSujet: Les persos de Ryoo !    Ven 4 Avr - 10:24

Nom :  Griffin
Prénom : Kol
Âge : 33 années standards
Origine : Cathar


Description Physique :

Comme tous les autres Cathars, Griffin est de grande taille, dans les 1m90. Sa peau, recouverte de poils, est de couleur brune assez foncée, plus claire au niveau du museau. Sa stature est assez impressionnante pour la majorité du monde, mais elle est normale pour un Cathar de cet âge. Il a des cheveux mi-longs tout le temps décoiffés, qu'il cache souvent sous une capuche grise qu'il garde la majorité du temps lorsqu'il est à l'extérieur. Ses vêtements sont usés mais très utiles pour rester discret tout en assurant un confort, une utilité et un style respectable.  Il transporte avec lui une sacoche remplie d'objets qu'il trouve n'importe où, et qu'il peux réutiliser pour en faire autre chose. Sa démarche est caractéristique à son espèce, comme un humanoïde marchant avec des pattes de chat.


Description Psychologique :

Il est d'un naturel calme et posé. Il s'adresse aux gens respectueusement, bien qu'il soit un peu trop franc par moment. Ce n'est pas par maladresse, mais plutôt par volonté d'exprimer ce qu'il pense. C'est un félin sûr de lui, qui n'hésite pas à dire ce qu'il pense et l'assumer. Il peux être familier par moment, mais seulement avec les personnes avec lesquelles il se sent bien, avec qui il le sent en confiance. De part ses origines, Griffin à un talent inné pour le combat au corps à corps, ce qui lui a permit de survivre et de se faire respecter dans le milieu difficile dans lequel il évolue. Son changement d'attitude est très brutal selon la personne se trouvant face à lui, au point que l'on ne pourrait pas le reconnaître. Il a une voix calme, reposante, qui endort quand elle est murmurée, mais qui est impressionnante quand elle est criée. L'une des particularités des Cathar, bien évidement présente chez Griffin est le ronronnement quand celui ci est heureux, reposé, en bref quand il est bien là où il est.


Histoire.

La vie de Griffin est simple. Il n'est pas un des ces trop nombreux orphelins délaissés par la bonheur et la joie de vivre. Ses parents sont toujours en vie, mais il n'a que très rarement des contacts avec eux. Il n'a ni frère, ni soeur, pas de cousins ou d'oncles. C'est un Cathar comme les autres, mais ses choix n'avaient pas plu à sa famille.

Griffin est un rêveur, un voyageur. Il aime changer de paysage, d'activité, il aime rencontrer du monde, faire de nouvelles connaissances. C'est ainsi que dés qu'il s'en est sentit capable, le félin quitta sa planète pour en explorer d'autres.

C'est ainsi que son voyage le mena sur la planète colonisées de Delphes. Quoi de meilleur pour quelqu'un comme Griffin qu'une planète remplie de mystères et de zones inexplorées ?
Le félin s'installa donc à la capitale de Delphes pour y mener une nouvelle vie et découvrir un maximum de choses. Ses débuts sur la planètes furent laborieux, car il voulait avant tout vivre du don qui fait de lui ce qu'il est, le don d'être un mécanicien de génie. Il pouvait faire ce qu'il voulait avec ce qu'il voulait, ce qui est évidement très pratique pour survivre sur une planète. Seulement le milieu des férailleurs est un milieu fermé, où tous les nouveaux sont vite éliminés car la concurrence y est rude. Nombreuses furent les attaques en groupe, nombreux furent les vols, mais malheureusement pour eux Griffin était bien plus rusé. De plus, les Cathar son d’excellents combattant au corps à corps, et le félin est loin de faire exception à cet attrait racial.  

Sa place en tant que Férailleur de sur Delphes étant acquise, Griffin mène sa petite vie en explorant la planète et trouver le plus de choses possible. Tous se passait pour le mieux du monde, quand une rencontre pas comme les autres le frappa de plein fouet....






L'endoctrinement, c'est chercher à régir le jugement et le comportement d'autrui en proposant ou imposant des modèles de pensée, des règles de conduite. S'efforcer de faire partager sa conception du monde.
En soi l'endoctrinement peut paraître loin de toutes éthiques, il peut être perçu comme l'incarnation de la suppression du libre-arbitre chez l'autre. L'idée même de façonner un esprit né libre et malléable selon les expériences vécues et d'en faire quelque chose de cloisonné est pour beaucoup de monde une chose grave, illégitime et profondément condamnable.
Mais si quelqu'un, un homme ou une femme quelconque, décide de remettre en cause le fondement même de l'éthique, si cet individu arrive à façonner selon ses propres convictions le schéma type sur lequel d'autres après lui se fixeront pour évoluer. Alors cet individu sera ce qui se rapproche le plus d'une entité supérieure, pour ne pas dire d'un dieu.
Mais pourrions-nous appeler cela de l'endoctrinement ?
Si on prend la définition donnée plus haut à la lettre, oui, cette habile manoeuvre pourrait être considérée comme de l'endoctrinement. Seulement les croyances populaires ont donné à cette notion une dimension toute autre, la considérant plus comme une modification, une évolution d'un esprit déjà formé. Mais là n'est pas le sujet.
Ce qui nous intéresse ici est le cas d'une personne, une fille. Cette fille pourrait être l'incarnation de la pureté, au sens premier du terme. Elle n'est rien.
Elle n'est ni fière, envieuse, cupide, colérique, luxurieuse, gourmande ou paresseuse. Cependant elle n'est pas non plus chaste, tempérée, charitable, modeste, courageuse ou pleine d'humilité. Non, en vérité cette fille n'est rien.
Elle est Kira Gauche.
http://blog-imgs-41.fc2.com/k/a/i/kaisun1192/ohawnizigazowww000070.jpg
- Delphes est une planète primaire, inutile et gênante tant que l'on ne s'en occupe pas. Personne là-bas ne connait la véritable valeur d'une existence. Pour ses habitants, une vie n'est rien. Tout au plus quelques crédits... Les laisser vivre ainsi est une erreur que nous devons nous empresser de corriger.
- Il a raison, nous devons agir.
- Oui, mais il faut rester prudent. Une intervention de trop grande envergure nous démasquerais, et c'est exactement ce que nous voulons éviter.
- Et que proposez-vous ?
- Kira.
- Le sujet 16 ? Vous plaisantez ?
- Non. Je crois même qu'elle est parfaite pour cette mission.
- Non, elle est instable. L'envoyer là-bas serait prendre un risque inutile. Et vous savez que je n'aime pas les risques inutiles.
- Je connais tout un tas de choses que vous n'aimez pas, Juge.
- Qu'est ce que vous insinuez, Docteur ?
- Oh.. rien.
- Votre comportement s'aggrave avec le temps, Docteur, tout ce temps passé dans votre insti...
- Messieurs, il suffit. Nous n'avons ni le temps, ni l'envie d'écouter vos querelles puériles plus longtemps. Continuez, Prédicateur.
- Merci. Comme le conseillait le Docteur, une approche discrète est préférable. Nous n'aurions aucun avantage à nous faire repérer alors que notre influence est nulle. Je conseille donc d'envoyer un élément, un seul. Il partira non seulement en reconnaissance, mais commencera aussi à établir des contacts dans les hautes sphères de la planète. Cette mission sera difficile et risquée, je vous suggère de choisir un élément sûr.
- Kira.
- Mais ne comprenez-vous rien ?! Le sujet 16 n'est rien. Vous même nous le dîtes assez souvent. J'ignore pourquoi vous tenez absolument à l'envoyer sur cette planète, mais la réponse est non, Docteur.
- La décision ne vous appartiens pas, Juge. Vous n'êtes là qu'en tant que conseiller.
- Tout comme vous. Ecoutez moi, Premier Homme, le sujet 16 est un élément expérimental, et si je peux me permettre totalement instable. Les résultats des derniers tests sont assez décevants...
- Je connais le sujet 16, Juge. Docteur, pourquoi tenez-vous tant à l'envoyer sur Delphes ?
- Et bien, si je tiens tellement à l'envoyer là-bas.. C'est parce que Delphes est sa planète natale.
- Ah! Raison de plus pour s'abstenir ! Docteur, êtes-vous devenu fou ? Avez-vous seulement la moindre idée des risques considérables que vous prenez en envoyant un sujet sur sa planète natale ?
- Juge, dois-je vous rappeler que j'ai moi-même énoncé les risques d'une telle situation ?
- Bien.. Dans ce cas pourquoi tenez-vous tant à l'envoyer là-bas ?
- ...
- Docteur, répondez à la question.
- Premier Homme... C'est...
- Les rumeurs sont donc justes. Vous vous êtes attaché à cet enfant.
- Vous devriez vous mêler des rumeurs qui circulent sur vous plutôt que sur moi, Juge.
- Quelle insolence! Je n'accepterais pas de me faire insulter une minute de plus!
- Juge, calmez-vous. J'aimerais clarifier un point. Docteur, vous cherchez à envoyer en guise de premier contact le sujet 16 sur Delphes, augmentant ainsi les risques de se faire remarquer, sujet encore inachevé et inapte à opérer sur le terrain juste parce que.. Vous l'appréciez ?
- C'est un peu plus compliqué que ça...
- Ne faîtes pas l'erreur de vous moquer de moi.
- Jamais je n'oserais, Premier Homme.
- C'est ce que nous verrons. Prédicateur, votre avis.
- Et bien, je pense qu'envoyer le sujet 16 sur Delphes serait une erreur. Je partage l'avis du Juge, nous pouvons et nous devons éviter cette prise de risque.
- Heureux de vous l'entendre dire...
- Juge, retenez-vous de tout commentaires, pour quelqu'un qui déteste l'inutilité vous êtes bien bavard.
- Pardonnez-moi, Premier Homme.
- Docteur, je suis prêt à écouter tout ce que vous avez à dire. Mais sachez que je n'apprécie pas une telle prise de liberté de votre part.
- Oui, pardonnez-moi.
- Mais je n'écouterais pas aujourd'hui, je suis las de cette réunion. Retirez-vous.

La hiérarchie y est simple.
D'abord le Premier Homme. Il est tout. Il est celui qui est à la base, le fondement de l'esprit. Celui qui, par sa simple volonté, crée des esprits qu'il appelle "éveillés", c'est à dire des esprits conscients d'être ce qu'ils sont. Il dicte le rôle, la place que chacun occupera dans la galaxie. Il est celui par qui tout doit passer, et sans son consentement, les choses ne se font pas. Si dans un esprit éveillé il y avait la présence d'un dieu, ce serait lui. Mais il n'en est rien, aucun dieu, aucune force spirituelle plus grande que le Premier Homme. Il est mortel, comme les autres. Juste plus conscient.
Ensuite le Prédicateur. Le Prédicateur est la voix du Premier Homme par laquelle il se fait entendre lorsqu'il trouve une tâche qui n'est pas digne de son intérêt. Après le Premier Homme il est la voix qui a le plus d'important mais malgré cela son opinion compte assez peu. Le Prédicateur n'a pas l'habitude de faire entendre son opinion sans que le Premier Homme ne la réclame. Il est d'ailleurs le seul autorisé à la réclamer.
Le Docteur et le Juge sont les deux conseillers du Premier Homme. Leur voix n'a d'importance que celle que le Premier Homme ne lui donne. Le Juge est un être corrompu, impulsif et cupide. Mais c'est un homme puissant, qui plus est un Seigneur Sith. Il possède beaucoup d'hommes à son service, certains étant ses apprentis. Si il est le conseiller du Premier Homme c'est pour son raisonnement fourbe et vicieux. En quelque sorte, il incarne la corruption que le Premier Homme est trop digne pour posséder.
Le Docteur est un homme plus calme, posé, parfois même capable de sagesse. Il est également celui qui se de la création de "sujets". Certains disent qu'il possède lui aussi la faculté d'être sensible à la Force, mais ce ne sont que des rumeurs. Si il est le conseiller du Premier Homme c'est pour son approche raisonnée des choses, mais aussi pour donner un regard objectif mais surtout exhaustif sur les ressources que possède le Premier Homme.
Et enfin s'ajoute un dernier élément au même niveau hiérarchique que le Docteur ou le Juge, un élément généralement absent lors des réunions car beaucoup sur le terrain. La Sénatrice. Absente des réunions car le plus souvent à Coruscant, opérant dans les couloirs du Sénat pour assurer dans l'ombre les tentacules du Premier Homme dans les rouages de la galaxie. Elle est à un droit à un traitement spécial de la part du Premier Homme, certaines rumeurs iraient jusqu'à leur prêter une relation bien plus que professionnelle. Le Prédicateur étant surement au courant reste toujours très évasif sur le sujet. La Sénatrice, parlant au nom de la planète Agamar véritable QG du Premier Homme, fait entendre sa voix pour assurer une place ses idées. Mais ceci ne serait que le début d'un plan d'une toute autre envergure...

La doctrine du Premier Homme n'est pas illustrée par des mythes, encombrée de rebondissements rocambolesques et de personnalités toutes aussi amorales les unes que les autres. Elle est basée sur une notion d'une simplicité et d'une force à la hauteur de ses ambitions : l'idéal. L'idéal est la quête de tout être intelligent dans cette galaxie. Plus qu'une philosophie de vie, la recherche de cet idéal est devenu le but de l’existence. la route qui y conduit n'a que peu d'importance, seule l'arrivée est importante. Le Premier Homme n'est pas regardant sur les moyens utilisés par ses hommes car il est conscient de cela. Ils lui seront fidèles car aucun ne rejoint cette cause par cupidité, tous recherchent seulement un moyen de trouver ce pourquoi ils estiment être nés. Car l'idéal n'est le même pour personne, au contraire il en existe un différent pour chaque être intelligent dans cet univers.
Cependant cet objectif doit impérativement rester secret. Tous savent pourquoi ils servent le Premier Homme, mais aucun ne sait précisément ce que les autres attendent à la fin de ce chemin. Le Docteur, le Juge, la Sénatrice et le Prédicateur eux aussi servent cette cause pour atteindre leur idéal.
Seul celui du Premier Homme est connu de tous.
Lui, il ne cherche que l'unité. Il désespère de cette guerre interminable, opposant Siths et Jedis. Il déteste la République, qui cherche sous sa carapace de bons sentiments à imposer sa loi dans toute la galaxie. Il se réjouit en apprenant la possible disparition du peuple Mandalorien, ce peuple primitif qui ne cherche qu'à diviser pour mieux régner.
Et il a un plan pour eux. Le Premier Homme à un plan pour chacun d'eux.
Mais pour l'instant, les choses n'en sont pas encore là...

- On répète une nouvelle fois. Quel est ton nom ?
- Mon nom est Kira Gauche.
- Ta race.
- Je n'ai pas de race, je suis un clone, Père.
- Non.. Ecoute Kira, là où je vais t'envoyer tu ne devras jamais dire ça, tu comprends ?
- Non, je ne comprends pas.
- En montrant au monde ta nature de clone, tu attire l'attention sur toi. C'est à tout prix ce que tu dois éviter. Retiens bien ça.
- D'accord, Père.
- Allez, maintenant concentre toi. Ta race.
- Je suis une humaine.
- Bien, ton âge.
- 17 années standards.
- De quelle planète viens-tu ?
- Je viens d'Agamar.
- Non. Concentre-toi, je t'ai dit.
- Mais père, vous m'avez crée sur Agamar, non ?
- Si.. Mais n'oublie pas ce que je t'ai dit, Kira. Tu n'es plus le sujet 16, tu es une fille de Delphes Maintenant.
- D'accord, Père.
- Alors... De quelle planète viens-tu ?
- Je viens d'Agamar.
- D'accord... Et qu'est ce que tu viens faire à Delphes ?
- Je viens chercher du travail. J'ai voulu quitter ma planète suite à une dispute avec ma famille, et Delphes est la première planète sur laquelle je suis arrivée.
- Très bien, ça devrait éviter qu'on pose trop de questions sur ta famille... Espérons.
- Oui, Père.
- Et arrêtes de m’appeler Père, maintenant. Désormais tu m’appelleras Docteur, c'est compris ?
- Oui, Docteur.
- Très bien. Maintenant officieusement. Ça, tu ne dois le répéter à personne, sous aucun prétexte.. C'est compris ?
- Oui, Docteur.
- Alors, qu'est ce que tu dois faire à Delphes ?
- Je dois tisser des liens de confiance avec des têtes pensantes. Des Républicains, des Mandaloriens, des Jedis ou des Siths. Tous doivent me voir comme une alliée potentielle. Et en tant qu'alliée, je pourrais agir pour eux. Et donc pour vous.
- C'est parfait. Maintenant qu'est ce que tu dois à tout prix éviter ?
- Aimer.
- Mais encore ?
- Haïr.
- Et pourquoi donc ?
- Parce que cela me détournerait de mon objectif, Docteur. Je dois éviter tous les sentiments forts de manière générale, mais d'après le Premier Homme, l'amour et la haine sont des moteurs assez puissants pour nous détourner pleinement de notre mission.
- Et si tu aimes quelqu'un malgré toi ?
- Alors je le haïrais.
- Très bien... Kira, je crois que tu es prête. Je suis fier de toi.
- Merci... Père.

Le Premier Homme a des yeux et des oreilles partout dans la galaxie.
L'Ordre Jedi n'est pas épargné. Sur Coruscant, certains de leurs hommes opèrent au Temple en tant que Jedi de bas rang, d'archiviste ou de personnel d'entretien. Le Premier Homme n'ayant aucun Jedi sous ses ordres, il dût compenser en l'infiltrant, en s'emparant de des la base sur laquelle le Temple se reposait. Tous lui appartiennent et son influence, aussi minime puisse-t-elle être sur le court terme, fera ses preuves au fil du tempes.
Le Premier Homme l'a prévu.
Les Seigneurs Sith font également partie du plan. Leur voix illustrée par le Juge lors des réunions au sommet, l'influence du Premier Homme se cache derrière le côté obscur pour atteindre ses objectifs là où ils sont inaccessibles. Même si il ne cautionnait pas la vision sectaire du monde qu'offrait l'ordre Sith, il reconnaissait leur pouvoir grandissant. Mais jamais le Premier Homme ne pourrait céder au pouvoir du côté obscur, jamais il ne pourrait se laisser séduire par la Force. Il est trop pur, trop digne pour devenir dépendant de quelque chose qui ne dépend pas de lui.
La République est aussi dans ses filets. Possédant des clones au QG Républicain de Coruscant, leur influence est là-bas aussi minime, mais grandissante. Peu à peu ils gravissent les échelons de la hiérarchie pour enfin arriver dans les hautes sphères du pouvoir galactique. La vois du Premier Homme est la seule à se faire entendre, et elle résonne faiblement mais en continu dans les couloirs de la capitale.
Seuls les Mandaloriens sont négligés. Les Mandaloriens. Un peuple barbare, primitif, qui n'existe que pour se battre et triompher des autres grâce à la violence. Ils ne savent se faire entendre qu'en brandissant leurs blasters et leurs vibro-épées. Si le Premier Homme n'envoie pas d'éléments pour s'infiltrer chez les fils de Mandalore, c'est non seulement parce qu'il ne le juge pas nécessaire, mais aussi et surtout parce qu'il s'y refuse. Salir sa parole en la mêlant au peuple primaire qu'est le peuple mandalorien serait une perte de temps.






Nom : Kaine
Prénom : Domino
Age : 28 ans
Taille : 1m68
Poids : 62 kg

Maître : Dark Lukos

Affiliation :
Domino laisse libre cour à ses émotions, et s'en sert lors de ses actions. Refusant de vivre isolée du reste du monde, elle décida lorsqu'elle retrouva son autonomie de participer aux grands évènements influencent cette galaxie. Ne trouvant pas sa place du côté des Jedi de la République qu'elle trouve trop lâches et passifs, elle décide de s’enrôler dans l'armée Sith, et ainsi avoir son propre rôle a jouer. Seulement depuis peu elle a déserté l'armée Sith pour devenir l'apprentie de Dark Lukos, lugubre Seigneur Sith indépendant.


Description physique :
Domino est un peu plus petite que la moyenne. Sa peau est de couleur rouge sang, démontrant son appartenance a la variante Lethienne de la race Twi'lek. Elle possède une musculature assez développée, mais elle garde cependant une taille assez mince. Ses vêtements sont de couleur noir : de longues bottes couvrent presque la totalité de ses jambes, et ses gants presque la totalité des bras, en plus de cela il y est ajouté des protections en métal, légères mais résistantes. De nombreux tatouages recouvrent son corps, les plus nombreux étant sur ses lekkus. Elle a les yeux jaunes et les lèvres noires. Son sabre laser, qu'elle porte à la ceinture, a une lame de couleur rouge très clair, le manche donnant l'impression d'être composé de plusieurs morceaux n'étant à la base pas fait pour être ensemble, de couleur diverses dans les tons de vert, marron ou noir..


Description Psychologique :
Domino est de caractère plutôt calme dans le quotidien. Elle porte toujours un regard attentif sur tout ce qui l'entoure, donnant sans cesse l'impression de réfléchir. Elle est cependant impulsive : d'un comportement calme elle peut de suite devenir énervée, voire même hystérique, au point de crier sans faire attention a ce qui l'entoure. Domino n'est pourtant dotée d'un caractère puérile comme certains pourraient le croire, elle est mature et prends ses décisions d'un manière réfléchie. Elle est plutôt antipathique avec les personnes lui étant inférieure. La seule autorité qu'elle supporte est celle de ses supérieurs, personne d'autre. Lorsqu’elle est énervée, elle devient vulgaire, arrogante, provocatrice. Si ce n'est pas son maître qui est devant elle, elle considérera n'importe qui comme inférieur à elle et elle n'hésitera pas à attaquer la première.



Histoire


Seera était une esclave sur la planète de Naboo, au service d'un riche et monstrueusement obèse noble. Ses conditions de vie n'étaient pas les pires pour une esclave, mais c'était pas non plus le grand luxe. C'est justement dans ces conditions que Domino fût mise au monde. Voyant que c'était une fille, Seera se douta de l'avenir de sa fille : esclave, danseuse ou pire encore au service de ce même noble qui la retenait depuis si longtemps. Aucune information ne fût transmise quant au père de Domino, Seera elle même ne connaît pas son identité, tout du moins c'est ce qu'elle a toujours prétendue. Son enfance ne fût pas des plus heureuses, elle était contrainte d'effectuer toutes les tâches ménagères qu'on lui ordonnait de faire, même si pour cela elle était encore trop petite et n'avait pas les ressources nécessaires pour tout assurer. Elle n'eut pas d'autres relations proches que sa mère, qui faisait son maximum pour la protéger, mais cela n'empêcha pas que Domino subissent toutes sortes d'humiliations, aussi nombreuses que éprouvantes. C'est lorsqu'elle eut sept ans qu'elle fût séparée de sa maman : Seera fût vendue à un autre noble de Naboo à la sinistre réputation. La possibilité pour que Domino et Seera ne se revoient un jour était faible, très faible.

A l'âge de quinze ans, Domino était toujours une esclave du même homme, dont elle appris le nom très tard : un certain Manré Lorso, il avait de sombres affaires avec la Czerka. C'était un après-midi comme beaucoup d'autres, Lorso dormait sur sa terrasse, au bord de l'eau. Domino était chargée de nettoyer la maison en faisant le moins de bruit possible, afin de ne pas réveiller le maître. Elle savait ce qui l'attendait : encore quelques années et elle auras atteins un âge où on lui apprendrait à danser, sa vie ne serait rythmée que par les soirées ou elle serait forcée d’exécuter toutes les demandes tordues des ces porcs que Lorso invitait régulièrement. C'était ce genre de vie que sa mère avait connue, et ce n'est absolument pas le genre de vie que Domino voulait avoir, alors pour elle une alternative apparut : elle pouvait s'enfuir. Discrètement passer à côté du maître, rentrer doucement dans l'eau et nager jusque la rive la plus proche, elle pourrait ensuite prendre une navette et s'enfuir de cette planète... Oui cela paraissait tentant et surtout pas insurmontable, alors qu'est ce qui l'en empêchait ? Sa conscience. S'enfuir ainsi serait il juste ? N'aurait-elle aucun regrets lorsqu'elle montera dans cette navette pour aller nul ne sait où ? Pourrait-elle refaire une vie et oublier l'ancienne ? Pour elle c'était clairement impossible. Alors elle trouva ce qui n'allait pas : il fallait le tuer. Lui faire payer à cette espèce de porc, de tyran d’opérette tout ce que Domino et sa mère ont vécu. Elle s'approcha de lui, la maison étant vide, le maître dormant elle pouvait bouger librement. Elle s'approcha de lui et le fixa de ses yeux verts, un long moment, elle imagina de quelle manière est ce qu'elle pourrait libérer sa conscience. Elle alla dans les cuisines, et choisit son arme : un couteau avec une lame longue de 25-30 centimètres. C'est alors qu'elle se mit au travail. Elle commença par lui trancher la gorge, assez profondément pour lui neutraliser l'usage des cordes vocales. Il ne mourut pas de suite, elle le regarda ramper au sol, elle se recula lentement, lui tenta de l'atteindre. Il se vida de son sang lentement, la fixant avec un regard mélangeant colère et surprise. Domino éprouva soulagement face à cette vision : l'homme qui l'avait contraint à la captivité toute sa vie était devant elle, impuissant, agonisant, et elle était le l'élément perturbateur de tout cela. Ce qui devait à la base être juste pour libérer sa conscience, fût pour elle une révélation : elle aimait être puissante. Par la suite elle lança le corps de Lorso dans le lac qui donnait au bord de la terrasse. Elle prit les objets de ménages dont elle était d'habitude la gérante et nettoya les tâches de sang. Par la suite elle exécuta son plan et alla à la station la plus proche. On ne la revit plus jamais sur Naboo.

Domino passa ensuite le plus clair de son temps sur Malastare. Elle allait de bande de malfrats en bande de malfrats, sans pour autant rentrer dans des grandes organisations comme la Czerka, elle ne voulait pas de nouveau rentrer au service d'un autre bantha gonflé d’orgueil. C'est lorsqu'elle effectuait un braquage avec deux autres malfrats que Domino eu son premier contact avec les Sith. Bien qu'elle sache se défendre, contre une patrouille de guerrier sith elle fût vite neutralisée. Elle connût pendant quelques jours les geôles sith de Malastare, ce qui lui rappela douloureusement sa captivité sur Naboo. Un jour, ou bien une nuit, elle en avait perdu la notion à cause du manque de fenêtre dans sa cellule, un homme d'une stature impressionnante se présenta devant elle, il la fixa durant un long moment le regard de Domino. Elle fût d'abord surprise puis captivée par le regard de l'homme, deux grands yeux jaunes, semblant vouloir regarder au delà encore des yeux de la twi’lek. Il sortit pour laisser la place à deux soldats sith qui, sans aucune hésitation, administrèrent a l'aide d'une aiguille particulièrement longue une drogue a Domino, lui faisant perdre conscience. Elle se réveilla, sans savoir combien de temps cela faisait qu'elle était inconsciente, dans une pièce sombre et froide. Toujours le même homme, toujours le même regard..

- Ton nom ?
*Demanda-t-il avec une voix grave.*
- Où-je-suis ?
*Interrogea-t-elle, ignorant la question de l'homme en noir.*
- Ton nom ?
*Insista l'homme*
- Domino..
- Sais-tu qui je suis, Domino ?
*Demanda l'homme en se levant de son siège et en avançant ver le lit où elle était couchée.*
- Un sith ? vu que vous avez l'air d'être de mèche avec l'armée.. mais attendez pourquoi vous m'avez amenée ici ?
- Tu m’intéresses...
*Dit il en cpntinuant de la regarder.*
- Moi ? Pourquoi ?
- Je sens une grande force en toi Domino... et j'aimerais t'aider à l'exploiter...
- Quoi ? attendez.. vous voulez dire que..
- Oui, je vois que tu as déjà compris. j'ai la possibilité de te rendre puissante, de te donner les moyens de t'imposer, de triompher de tes ennemis avec une telle facilité qu'ils ne seront même pas un obstacle à tes yeux.. qu'en dis tu ?
- ...

A ces mots, Domino fût séduite. Pouvoir se rendre forte, puissante, comme cette après-midi sur Naboo... C'était sa chance, et elle ne voulait pas la gâcher. Son entrainement fût dur, mais elle ne rechignait pas à la tâche. L'idée d'être à nouveau sous les ordres de quelqu'un ne lui plaisait guère, mais cette fois ci c'était dans un but plus personnel, il faut savoir faire des sacrifices pour arriver à ses fins... Domino remarqua quelque chose lors de son entrainement, le directeur de l'académie Uthar Wynn, portait principalement son attention sur un élève, un certain Agrus Kos, paraissant prometteur, mais pas imbattable pour elle. Jusqu'au jour où un autre élève, dont elle ignorait le nom, entra à l'académie. Lui était d'un tout autre niveau, il surpassait tout le monde, tant à la maîtrise de la force, qu'à la maîtrise du sabre. Elle eu le sentiment qu'il se passa de sombre choses notamment dans le tombeau de Naga Shadow.. Mais elle ne laissa pas tout cela perturber son entrainement.

L'entrainement est terminé, Domino a 28 ans, et est au service de de l'armée sith. Elle effectue plusieurs missions, laissant libre cour à ses désirs de puissance, de domination et de pouvoir. Mais elle ne comptait pas rester indéfiniment au service des siths, un jour il lui faudra plus, même si pour cela elle devra briser les barrières qu'ils lui imposent...

Et c'est ce qui arriva sur Delphes. La Twi'lek s'étant libérée de ses chaînes, elle est maintenant l'apprentie de Dark Lukos, sombre Seigneur aux projet faramineux. Elle apprend, comprend et va bientôt s'emparer du pouvoir de son maître pour assouvir sa quête de puissance...


"L'Ordre amène le Chaos,
La Chaos amène la Peur,
La Peur amène la Connaissance,
La Connaissance amene le Pouvoir,
Le Pouvoir amene la Victoire,
La Victoire revele la Mort,
De la Mort nait la Force,
La Force brise mes Chaines,

Mes chaines brisées, l'Ombre se répand...

Dark Lukos.







Adam San est un kiffar. Ses parents, sa soeur sont des kiffar. Mais le chasseur de primes n'a mit qu'une seule fois les pieds sur sa planète, et c'était pour y semer la mort un peu plus. Il est donc né sur Coruscant, où il a été élevé principalement par sa mère. Ses parents n'étaient pas séparés, mais le père était tout le temps au travail. Car les San étaient de pauvres gens, il vivaient très modestement. Cependant, cette courte période fût interrompue quand Adam atteignit les dix ans. C'était une nuit agitée dans la quartier où vivaient la famille. Un quartier pauvre, qui ne dormait jamais. Les évènements qui suivent sont vu du point de vue d'Adam.

Une dizaine d'hommes sont entrés en faisant sauter la porte d'entrée de la maison. Ils crient, marchent bruyamment et chamboulent tout dans la maison. Adam entend son père se lever et aller en direction des hommes, suivit par sa mère. D'autres cris, mais cette fois-ci c'est comme une dispute. Puis tout d'un coup la voix du père se tut. Un silence, long de quelques secondes paraissant de minutes pour le jeune Adam, qui s'étaient levé et qui bouchait les oreilles de sa très jeune soeur encore endormie. Après le silence il entendit les pleurs de sa mère. Et tout d'un coup un autre bruit, et les pleurs de sa mère cessèrent. Apeuré, il se leva, prit sa petite soeur enveloppée dans un gros drap et tenta de sortir de la chambre. Mais avant même que celui ci ne put atteindre la porte, elle s'ouvrit. Dans la pénombre, il ne pouvait voir qui avait ouvert la porte. Et les lumières portatives des convives non désirés qui étaient projetées sur les yeux d'Adam n’arrangeaient en rien sa vision. Et a partir de ce moment il ne se rappelait de plus rien.
Il était seul, abandonné dans la rue mal famée où était sa maison. Il n'a plus de parents, et ignore ce que les hommes venus chez lui ont pu faire de sa soeur. Au cours de sa croissance, il développa une sorte de "don" pour le monde dans lequel il avait été plongé involontairement. Il se battait remarquablement bien, et lançait avec une grande précision les grenades, ce qu'il commença à faire très tôt. Beaucoup trop tôt pour un enfant de son âge. Au fur et à mesure que sa vie se construisait, il se faisait des relations un peu partout dans le milieu des chasseurs de primes de Coruscant. Il pu donc savoir qui était l'homme qui avait complètement changé sa vie. Il fallait qu'il le retrouve, et qu'il lui fasse payer tout ce qu'il lui avait fait subir. Et plus que lui mettre des grenades dans la bouche (Oui, il avait cette idée en tête depuis ses treize ans), il voulait retrouver celle que cet ordure retenait prisonnier, sa soeur.



Les tribulations d'un paumé.

Adam s'est retrouvé seul à l'âge de dix ans, la mort de ses parents par un criminel ne lui donnant pas d'autre envie que de devenir un criminel à son tour, il se fit rapidement des relations un peu partout dans la pègre de Coruscant. Vu comme un fou à cause de ses actions irréfléchies et inutilement risquées, ses résultats font de lui, alors seulement âgé de d'une quinzaine d'années, un élément lucratif pour l'organisation pour laquelle il travaillait. Mais le kiffar n'était pas vraiment heureux comme ça. Oh bien sûr, il y avait des grenades, des crédits et des femmes à volonté, mais il lui manquait quelque chose pour qu'il soit heureux. Une chose sur laquelle il ne pouvait pas faire une croix, une chose qui le motivait à faire encore et toujours plus de morts : L'assassinat de Zaz Vik, horrible et détestable enflure coupable du meurtre de ses parents et du kidnapping de sa soeur. Il n'avait aucune idée du moyen qu'il allait utiliser pour le retrouver, aucune idée du moyen qu'il allait utiliser pour le tuer. Mais un chose est sur, c'est qu'il le tuerais. Autrement, il n'aurait aucune autre raison de vivre.

Son adolescence fut peu commune. Il enchainait les contrats comme pas deux, enchainait les conquêtes à la vitesse de l'hyper-espace et vivait à deux cents à l'heure. Quand il ne tuait pas, il buvait, quand il ne buvait pas, il couchait. C'était sa vie, et même si il la détestait par dessus tout il la trouvait sympathique par moment. C'est cette période d'environ 6 années standards qui a determiné l'homme qu'Adam deviendrait plus tard : Un tueur avec quelques tendances à l'alcoolisme, coureur de jupons et égocentrique. Il se passait de l'avis des autres et ne se préoccupait que de lui même, n'accordant d'importance qu'aux choses pouvant l'influer sur son environnement. Il voyait la guerre qui déchirait la galaxie comme une source de contrats intarrisable, se réjouissant d'une nouvelle vague de criminalité sur Coruscant, synonyme pour lui d'une nouvelle vague de crédits.

A cette époque, Adam était un être détestable, qui n'aimait que lui et ses grenades.


De l'adolescence à l'âge adulte, ou la puberté d'un psychopathe.

Adam n'est pas comme le vin, avec le temps il ne se bonifie pas. Au contraire, disons que son cas s’aggrave. Il devient plus fort, plus expérimenté et plus déraisonnable. Exécutant ses contrats, ramenant ses contrats plus morts que vifs, il se fait rapidement un nom dans les rues sombres de Coruscant. Mais sa réputation ne se base pas seulement sur son caractère cruel ou impulsif, mais plutôt dans sa manière de faire les choses avec le sourire. Il tue en rigolant, envoie ses grenades en envoyant des blagues en même temps, il développe un certain goût pour la mise en scène -à tendance loufoque- et trie ses cibles sur le volet. Il tue les hommes sans aucun scrupule, ne cherchant pas vraiment à comprendre la raison pour laquelle une prime est posée sur la tête de quelqu'un. Les femmes, en général il les protège, remontant jusqu'à la personne ayant placé une prime sur la tête de la donzelle pour le tuer à son tour. Ce n'est pas vraiment de la courtoisie, disons simplement qu'il comptait sur la récompense offerte par sa nouvelle amie. Il n'est pas obsédé, disons simplement qu'il aime les femmes, c'est comme ça. Tous les hommes sont comme ça, mais lui il le vit pleinement cette passion.

Il existe une femme avec qui Adam a passé plus de temps que les autres, une certaine Eve. On ne sait pas vraiment comment est ce que ces deux là ont pu vivre quelque chose ensemble, mais ça c'est passé, et plutôt mal finit d'ailleurs. C'est l'un des rares sujets qu'Adam préfère éviter au quotidien. Il ne regrette pas cette histoire, mais son orgueil déteste parler de ses échecs, c'est comme ça.

Cependant un évènement vint changer Adam. Une rencontre aux premiers abords commune pour le kiffar tueur, mais qui, en fin de compte, le changea complètement. Il était poursuivit par les autorités, rien de bien surprenant pour un homme comme lui. C'était une simple rixe dans une cantina qui avait mal tourné, et, Ô terrible maladresse, Adam avait laissé tombé une grenade. C'est pas comme si beaucoup de personnes y avaient trouvé la mort, mais les quelques officiers républicains qui étaient là pour se détendre n'en auront plus l'occasion. Lors de sa fuite le kiffar chercha le premier speeder, le premier vaisseau qu'il pourrait voler pour s'enfuir et partir vers de horizons lointains. C'est alors qu'un vaisseau à lui. Un vaisseau appartenant à un certain Skioc Shall.

Le calme avant la tempête.

Sa rencontre avec le miraluka eut une influence énorme sur Adam. Leur première rencontre d'abord faite au hasard, il se trouve qu'un certain lien s'installa entre les deux hommes. L'un au caractère calme, posé et réfléchi dont la vie repose sur une morale raisonnée et raisonnable. L'autre au caractère impulsif, immature et dément. Mais l'un compense l'autre, comme une sorte d'équilibre qui au fil du temps gagne en stabilité. Au contact de Skioc, Adam s'est pour ainsi dire calmé. Adoptant un style de vie approprié pour vivre aux côtés d'un Jedi, il buvait, couchait et surtout tuait moins. Il passait plus de temps à parler avec Skioc ou tout autre personne dans les cantinas environnantes, découvrant une autre facette de lui même, celle d'un homme sympathique et souriant. Oh, souriant il l'était tout le temps, mais seulement quand il était au boulot. Il était devenu quelqu'un d'autre et c'est ainsi qu'est né l'homme que vous autres, lecteurs, connaissez.

Le véritable changement de personnalité d'Adam s'effectua au contact de l'être le pus cher qu'il peut avoir au monde, sa soeur, Zii. Accomplissant monts et merveilles pour la libérer (I, II, III et IV), le kiffar retrouva sa soeur pour refaire sa connaissance. Elle était son opposé, un peu comme Skioc.
Il fallait bien qui s'adapte, qu'il change son comportement, sa façon de faire. Il devait non seulement se calmer mais aussi changer radicalement sa façon d'être si il ne voulait pas perdre sa soeur pour la deuxième fois. C'est ainsi, avec le temps qui passe et beaucoup d'efforts, qu'il est devenu le chasseur de primes connu aujourd'hui.

L’évènement décisif dans l'accomplissement dans son existence en tant qu'être doué d'une capacité de compassion et de gentillesse fût achevée par l'arrivée bien plus qu'inattendu d'une petite Chev répondant au doux nom d'Adelia Ma'ati. Sans qu'il ne comprenne pourquoi ni comment la jeune femme s'est attachée à lui et depuis Zii c'était la première femme à ne pas le regarder comme une menace ou un compagnon de chambre. Elle voyait en lui l'homme qu'il ne soupçonnait même pas pouvoir être, et c'est grâce à cette femme qu'il l'est devenu.



Description Physique :

Il est assez grand, et plutôt musclé. Blonds, ses cheveux ne sont que très rarement coiffés. En fait ils ne le sont jamais, le mouvement qu'ils prennent naturellement lui a toujours plu. Il entretient un bouc avec les plus grande attention, et garde les dents blanches, afin d'assurer son sourire à qui il doit sans doute la majorité de ses victoires. C'est en tous cas ce dont il est intimement convaincu. Il garde la plupart du temps une chemise usée et sale, mais qu'il apprécie particulièrement. Peut être même plus que Skioc. Les manches de sa chemise sont tout le temps retroussées, laissant apparaître de nombreuses marques témoins d'un sombre passé fait d'explosions de grenades et de membres arrachés. Ses pantalons sont usés, troués, tachés, mais ils est bien dedans et c'est le principal. Il porte une ceinture où il range ses deux blasters modifiés, ainsi qu'un nombre impressionnant de grenades. La légende veut qu'elle soit comme une corne d'abondance, mais avec des grenades. Mais comme il les range n'importe comment, il ne sait jamais lesquelles ont quel effet. Il lui arrive donc parfois de lancer une grenade aveuglante au lieu d'une grenade explosive, et vice versa. Ses chaussures ont des semelles épaisses et renforcées, lui permettant de donner des coups puissants et douloureux. Pour finir, le plus important pour Adam et et chez Adam : Ses lunettes. Ce ne sont pas n'importes quelles, c'est toujours les même et celui depuis des années. Ils les portent en toutes circonstances, et ne les enlèves que très rarement. Pour dire la vérité, il ne les enlève jamais. C'est pour cela que certaines personnes vont même jusqu’à se demander si il n'est pas aveugle, ou sinon quel est l’intérêt de porter des lunettes de soleil en pleine nuit ?


Description Psychologique :

Il est fou. Et ce mot n'est pas employé à la légère. Mais ce n'est pas un fou comme on pourrait avoir l'habitude d'en croiser. Hormis le fait qu'il soit en perpétuel débat avec une voix dans sa tête, il est quelqu'un pouvant raisonner sagement. Tout du moins c'est ce que son entourage se plait à croire. Ce n'est pas un mauvais psychopathe. Il ne fait pas le mal pour faire le mal, mais il peux le faire pour de l'argent. Et à condition que cela n'implique pas de tuer de jolies femmes, car dans ce cas là son premier réflexe serait de tout dire à la cible qu'il devait tuer, passer une nuit avec elle si celle ci est d'accord, puis par la suite aller tuer l'employeur. c'est d'ailleurs son unique réel point faible : les jolies femmes. Et sa soeur, mais pour cela nous y reviendrons plus tard. Il ne ressent pas ce que les autres personnes saines d'esprit peuvent appeler la peur, ou tout du moins il l'ignore, et fonce tout de même dans le tas. Il a une fâcheuse manie de lancer des grenades pour résoudre un conflit, ou pour le commencer. Il aime les explosions.

Mais d'un autre côté, c'est quelqu'un d'une constante bonne humeur, qui se fait rapidement des connaissances, voir même des amis. Il est entreprenant avec les autres, et surtout avec les femmes. Il plaisante, charme, complimente, rigole, provoque, bref il vit au gré de ses envies. C'est d'ailleurs un grand amateur d'alcool, dont il n'hésite pas à consommer sans aucune modération. Cependant il ne fume pas, il n'est pas assez stupide pour cela. Il garde sur son visage un sourire en toutes circonstances, un sourire qui permet d'ailleurs de la jauger si on l'observe un peu. Car beaucoup d'eux ne sont pas sincère, ils sont plutôt une façade donnée pour faire bonne impression

Pour résumer, c'est un fou aux raisonnements et aux actions le plus souvent déraisonnables, mais qui n'a pas un mauvais fond. C'est un gentil psychopathe.






*L'action se déroule dans l'un des nombreux postes de commandement de Coruscante. Dans une salle de réunion, un haut-gradé de la République attends un groupe d'hommes et de femmes. Ils entrent.*
- Soldats, asseyez-vous.
*Il se leva, puis tourna lentement autour de la longue table.*
- On m'a donné l'ordre de nommer l'un de vous pour une mission de la plus haute importance. Elle se déroulera sur Delphes. C'est bien simple : Vous serez là-bas en tant que représentant de la république.
*Les différents membres du groupe de personnes se regardèrent les uns les autres. En effet, il étaient tous des agents spécialisés dans l'infiltration et la récolte d'informations. Alors pourquoi donc aller sur une lune aussi peu acceuilante que Delphes, pour annoncer haut et fort que l'on appartient à la république ? Quelle pouvait bien être cette mission ?*
- Tout du moins, officiellement. Officieusement, vous devrez récolter des infos sur un important réseau sith qui se serait formé dans les rues de cette sinistre lune. Alors je sais bien ce que vous vous demandez : A quoi cela servirait-il de se représenter en tant que membre de la république ? Et bien la raison est simple. Quelle meilleure raison pour un sith de vous attaquer, que si vous êtes de la République.
*Une femme dans le groupe prit alors la parole.*
- Euh... Attendez vous voulez qu'on nous attaques ? Avec tout le respect que je vous dois monsieur, c'est un peu une mission suicide?
*L'homme fixa son interlocutrice, il fit silence un moment puis reprit la parole.*
- En effet. C'est pour cela que j'ai fait en sorte que cette mission ne soit donnée à l'un de vous que sur une candidature volontaire. Sur ce, je continu. votre but est donc d'être la cible d'une attaque sith, ainsi ce n'est pas vous mais eux qui prendront d'abord contact avec vous. En plus de cela, vous serez bénéficiaire d'une garde, minime, certes, mais en tant que représentant de la république vous aurez deux gardes du corps. C'est une mission risquée, c'est pourquoi je vous laisses 48h pour réfléchir et me donner une réponse. A la suite de cela, je choisirai un dossier parmi ceux proposés, et vous connaîtrez ma décision dans la journée. Sur ce, Rompez soldats.
*Les 48 heures passèrent. De nouveau dans la salle de réunion. Mais, et à la grande surprise du Haut-gradé, il n'y avait qu'un seul homme.*
- Bonjour monsieur, voici mon dossier.
- Merci.
*Le gradé ouvrit alors le dossier qu'on lui avait donné.*


Nom : Garland

Prénom : Cross

Fonctions : Agent spécialisé dans l'infiltration et la récolte d'informations.

Profil psychologique : Dans le quotidien, le sujet présente une sociabilité assez développée, ce qui facilite son intégration dans les milieux qu'il ne connait pas. Il sait se montrer poli et sympathique, mais garde une certaine contenance pour ne pas se faire remarquer. Bémol à tout cela : Le sujet est en proie à une certaine lassitude quand à l’éloignement de ses proches, sa femme et sa fille. Il sait cependant rester professionnel, et accomplira sa mission, pour la République. Il éprouve le plus grand respect pour cette institution, qu'il considère comme l'apport de la lumière dans cette sombre galaxie.

Haut-Faits : Le sujet s'est caractérisé par les réussites de ses missions, on ne lui connait qu'un faible pourcentage d’échecs.

[La suite du dossier est composée de différents rapports sur ses états de service.]


*Le gradé s'adressa à Cross.*
- Bien. Votre dossier est impressionnant. Etant donné que vous êtes le seul candidat, je crois qu'il n'est pas trop tôt pour vous dire que vous êtes sélectionné. Mais n'allez pas croire que je vous choisis par défaut, vous êtes parfait pour cette mission.
*Il se leva de sa chaise pour tendre la main à l'attention de Cross.*
- Félicitation, soldat. vous partez dans 3 jours, je vous laisse faire les préparatifs, et rendez vous au spatioport. Tout les détails sont dans ce dossier.
*A ces mots, les deux hommes se séparèrent.*


Dans la tête de Cross, les choses se passèrent différemment. Il était tiraillé entre deux choses qui lui tenaient particulièrement à coeur. D'abord le devoir, et la conviction d'accomplir de grandes choses. Il est très fier d'appartenir à cette institution, ses convictions sont fortes. Mais une autre chose est des plus importantes pour lui, plus importante encore que sa propre vie : sa femme et sa fille. Il n'aimai pas être éloigné d'elles, mais il avait surtout peur. Peur des ennemis qu'il avait cumulé au cours de sa carrière, et des représailles que cela peut engendrer. C'était la seule chose qui pouvait le tracasser réellement. Mais après une longue discussion avec son épouse, il décida d'accepter sa mission. Même si la chose qui lui tarde le plus, c'est de rentrer auprès d'elles...



Description Physique :
Plutôt grand, il est la majorité du temps habillé avec un costume noir, fait d'une veste, d'un pantalon et d'une cravate noirs, et d'une chemise marron. Il à des cheveux noir très foncés, mi-longs et coiffés sans grande conviction. Ses yeux sont noirs et la majorité du temps mi-clos, lui donnant une expression d'indifférence. Son visage ne comporte aucunes imperfections, sa peau est lisse et pâle. Ayant tout de même une musculature respectable, il est mince et peut paraître un peu trop maigre pour les fonctions dont il est chargé, mais le fait d'être léger est un avantage certain dans sa profession. Lorsqu'il occupe ses fonctions de représentant de la République, il ne porte qu'un seul et unique Blaster à la ceinture. Bien que sa profession ne soit pas sans risque, il n'estime pas crédible qu'un simple représentant porte quelques grenades ou autre vibro-lames quand il travaille. Au quotidien il se tient droit, et regarde toujours ses interlocuteurs droit dans les yeux. Il se comporte avec une extrême politesse, et un respect envers autrui en toutes circonstances. Quand il est en déplacement, et donc hors du QG Républicain, il a souvent un Datapad à la main, où il peut continuer à travailler.

Description Psychologique :
C'est un être calme, sachant facilement dissimuler ses émotions et rentrer dans un rôle que cela se montre nécessaire. Quand il est seul, il peut paraître indifférent à tous ce qui l'entoure, de par son attitude et son regard. Cependant, c'est tout le contraire, Il est attentif au moindre détail, au moindre déplacement et à la moindre parole qu'il pourrait capter. Il est poli et respectueux, mais l'on peut percevoir facilement quand il apprécie quelqu'un, tout du moins si celui-ci décide de le lancer voir. Avec une personne qu'il n'aime pas, il sera toujours courtois mais répondra correctement, sans pour autant prolonger la conversation sauf si celle ci se montre intéressante pour lui même. Avec quelqu'un qu'il aime bien, il sourit beaucoup plus et de façon beaucoup plus sincère, et n'hésitera pas à prolonger la conversation pour en savoir plus sur son interlocuteur. Il est curieux, ce qui est une qualité recommandée dans le domaine où il évolue. Il peut parfois paraître triste, où tourmenté, mais la lassitude et l’inquiétude sont des sentiments qu'il s'efforce de ne pas laisser paraître.



L'enfance de Cross est des plus banales. Il est né sur Alderann, mais il appartient à la race Lorrdienne. Il est parti de chez lui à l'âge de 16 ans pour s'engager dans l'armée républicaine, pour assumer et vivre ses convictions : rapporter l'ordre et la paix dans la galaxie. Lors des tests, physiques ou psychologiques, Cross s'est montré particulièrement doué. Il travaillait sans cesse, négligeant ses amis , voir même toutes autre relations sociales. Quand il n'était pas à la salle d'entrainement, il était à la bibliothèque de la caserne, revoyant tout ce qu'il voyait en cours, répétant toutes les stratégies, les techniques militaires et toutes les techniques de combat. Il n'était pas très doué avec les autres soldats, et n'était pas particulièrement apprécié. Il était vu comme un être lunatique, n'ayant rien ni personne dans sa vie à part la République. Il était donc la plupart du temps seul, il avait même eu la chance, de son point de vue, à acquérir une chambre pour lui tout seul. Dans sa caserne, c’était des chambres de deux où les soldats étaient répartis, et par chance, cette année là le nombre de soldats en formations dans cette caserne était impair. Ce que lui voyait comme une chance, car comme les autres ne l'aimaient pas, il n'éprouvait guère de sympathie à leur égard, était en fait le contraire. Cela détériora encore plus son image auprès des autres soldats. L'on pouvait donc s'attendre que à ce que Cross devienne le souffre-douleur de la caserne, car même si les soldats sont tous des adultes confirmés, ils n'en reste pas moins qu'un souffre-douleur est toujours bon pour calmer ses nerfs. Manque de chance pour eux, il était aussi facile de martyriser Cross que de brosser les dents à un rancor. Certain même ont essayé de d'aller jusqu'à utiliser la force contre lui, sans grand succès. Son image était donc au plus bas ce qui n'affectait en rien son travail. Et arriva une chose que Cross n'aurait pu prévoir, même en revoyant deux cents toutes les tactiques militaires des généraux Républicains, un évènement qui changea complètement le cours de sa vie.
"Bonjour !"
C'était une voix de femme, avec une intonation joyeuse et une énergie digne de Jar-jar Binks. Il n'avait pas l'habitude d'entendre ce genre de ton quand on lui adressait la parole. Il était dans ses quartiers, et la femme venait de faire son entrée sans qu'il ne s'en rende compte. Il se tourna et la regarda. Elle était magnifique. de longs cheveux marrons attachés par une ficelle noir, tombant jusqu'au milieu de son dos. Son visage, parfait selon les dires de Cross, ne laissait ressortir que la splendeur des ses yeux verts et le rayonnement de son sourire. De toute évidence elle était nouvelle ici, personne ne souriait comme ça à Cross dans les parages. Il se leva de sa chaise et lui répondit par un salut militaire. Elle s'avança assez rapidement vers lui tendit la main.
"Je m'appelle Anya !"
C'est à partir de cette rencontre que la vie de Cross commença.







Description physique :
C'est une mignonne et frêle petite kiffar que nous avons là. De ses deux grands et magnifiques yeux bleus, elle observe le monde et les gens qui l'entoure avec la curiosité et l'envie de savoir d'un jeune enfant. Elle porte ce regard passionné sur tout et tout le monde, ce qui peux pour certains paraître impoli et pour d'autre touchant. Son visage, fin et et sans défauts, se cache timidement sous une touffe de cheveux d'un noir intense. Cheveux pour l'essentiel du temps indomptés, chaque mèche n'en faisant qu'à sa tête et qui veux faire son bout de chemin de son côté. Elle n'est pas bien grande, plus proche des 160 que des 170 centimètres. Ayant passé sa vie dans des conditions précaires de détention, elle n'a pas été habituée à prendre soin de son apparence, mais sous les conseils avisés de son frère elle prend tout les matins le temps de s'entourer les yeux avec un feutre noir, ce qui d'après le Chasseur de Primes permet de faire ressortir toute l'intensité de son regard candide. Elle s'habille habituellement d'un long manteau épais et de vêtements amples. C'est par choix mais aussi par habitude, elle aime se sentir à l'aise dans ses vêtements et cela lui donne un style qu'elle apprécie. Elle porte comme chaussure de grosses bottes, ce qui la grandit et en même temps va bien avec son style de jeune mercenaire. Pourtant mercenaire elle ne l'est pas le moins du monde. Répugnant tous ce qui concerne les armes tel que les blasters où les grenades, elle ne porte comme seul outil une vibro-lame, subtilement dissimulée dans son vêtement épais. Elle s'entraîne au maniement de l'arme régulièrement, ce qui lui en donne un maîtrise plus que respectable. Ses mains et ses bras comportent quelques cicatrices qu'elle doit notamment à ces geôliers. Non seulement parce qu'elle voulait éviter les questions gênantes mais aussi parce que ces traces indélébiles ne lui rappelaient que de mauvaises choses, elle garde la majorité du temps des manches longues et des mitaines. Au quotidien elle garde une mine timide et souriante, rougissante pour un rien et versant une petite larme à la moindre émotion forte. Cependant lorsqu'elle se met en colère, sa force physique n'est certes pas mirobolante, mais la Force qui émane d'elle peux se faire incroyablement puissante.

Ainsi est faîtes Zii San, puissante et fragile petite kiffar de dix-neuf année standards.


Description Psychologique :
C'est une jeune femme pleine de politesse et de savoir vivre. Souriante envers tout le monde, elle montre un visage accueillant, prête à aider son prochain. Pleine d'innocence, elle voit d'abord le bonnes intentions chez les autres plutôt que les mauvaises. On pourrait qualifier ce comportement de naïf, et même si c'est le cas par moment, elle sait faire preuve d'un certain jugement et d'une sagesse que l'on ne soupçonnerait même pas chez un être aussi jeune. Elle est rieuse, calme et volontaire, pouvant facilement s'emporter pour des choses qui lui tiennent à coeur. Mais même si elle devient vite obstinée à aider quelqu'un, elle peux en oublier de penser à elle même ou d'autres de ses proches. Elle aide les autres aux détriments des autres, et même si ce n'est pas volontaire elle peux parfois faire plus de mal que de bien. C'est une jeune femme contradictoire en elle même, pouvant faire preuve d'une précision impressionnante dans la maniement de l'arme blanche (elle déteste les blasters) mais aussi souvent maladroite et gaffeuse. Elle peux marcher dans la rue regardant les nuages et se cogner à quelqu'un, mais voyager furtivement dans la rue en pleine nuit sans que personne ne puisse la voir. Depuis des évènements poignants sur Delphes, où elle fut retenue puis torturée par un Sith, elle est devenue plus craintive et suspicieuse, même si il est aisé pour une personne habile de baisser la garde de la kiffar. En combat elle garde son calme et reste concentrée, ne lâchant pas des yeux son adversaire. Le seul moyen pour que Zii perde son calme c'est de s'en prendre à ses proches, aussitôt elle s'en occupera plus que d'elle même. Son entourage est la chose qui compte le plus pour elle même, son frère par exemple, mais aussi Skioc ou d'autres personnes dont elle est très proche comme Adelia ou Solstys. Son plus grand tracas dans la vie est de perdre ces personnes dont elle se sent si proche, mais aussi d'être un boulet à leur survie, d'être un poids dont un jour ou l'autre ils finiront pas vouloir se débarrasser. Toute son enfance, la Kiffar à vécu dans des cellules, persuadée d'être abandonnée par tout le monde, persuadée d'être la seule à se soucier de sa propre existence. Toute sa vie elle fut une gardée, emprisonnée, marquée et frappée. Mais malgré toute cette vie de solitude et de souffrance, Zii n'en est ressortie que plus sage, bienveillante et innocente. Improbable, me direz-vous.. Mais les San sont une famille improbable, c'est comme ça.


Biographie :
Zii est née sur Coruscant, et y a vécu les trois premières années de sa vie. A l'âge de trois ans elle fût enlevée par un dénommé Zaz Vik, qui voulait faire d'elle sa femme mais aussi l'utiliser, elle et sa sensibilité à la Force. Elle fût libérée par son frère quand elle atteint sa dix-neuvième année. Depuis, elle vit avec Adam San et Skioc. (Voir les News I , II, III et IV)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les persos de Ryoo !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les classes de persos a cthulhu.
» Régler la taille des persos sous rmvx. [RESOLUS]
» Tekken 5.1 delocker les persos cachés
» Signification des persos 2
» [Videos persos] Battlefield moments

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la croisée des chemins :: Salons publics :: Star Wars Lost World :: [HRP] Fiches et avatars-
Sauter vers: